jeudi 22 février 2018

Brève: départ de l'Astrolabe pour R4

L'Astrolabe a appareillé de Hobart le 20 février à 16h, heure locale, pour la dernière rotation de la saison. Il est attendu sur DDU dimanche matin, si les conditions de navigation rencontrées se maintiennent.
A son bord, 3 scientifiques ayant des opérations à conduire en mer, et le dernier membre de la TA68, Quentin, qui vient renforcer l'équipe technique pour l'hiver. Le bateau repartira avec 41 passagers, pour laisser 24 personnes à Dumont d'Urville pour la durée de l'hivernage. Comme chaque année, la station de Prud'homme sera mise en sommeil jusqu'à l'été prochain.

samedi 17 février 2018

Arrêt programmé de la Centrale

L’essentiel de la production électrique de la base de Dumont D’Urville est assuré par trois groupes Caterpillar de 140 kW chacun. Un seul suffit généralement à couvrir les besoins de la base.

Une partie du chauffage de la base est par ailleurs produite par cogénération, en récupérant la chaleur au niveau des moteurs des cheminées d'échappement des moteurs.

Enfin, l'eau douce consommée sur la base est également générée à la Centrale, à partir d'eau de mer: l'eau de mer est pompée dans le chenal du Lion à la SPEM (station de pompage d'eau de mer) jusqu'à la Centrale. Un bouilleur, alimenté par les calories du circuit d'eau de refroidissement des moteurs, permet l'évaporation de l'eau de mer, séparant l'eau douce de la saumure. L'eau douce est injectée sur le réseau tandis que la saumure est réutilisée, notamment pour empêcher le gel du tuyau permettant le pompage de l'eau de mer.



Tuyaux concentriques d’aspiration d’eau de mer et de rejet de la saumure chaude


En été, pour faire face à la demande plus importante, une chaudière augmente l'évaporation du bouilleur, et un osmoseur peut compléter la production en parallèle.
Ces procédés, optimisant la réutilisation de la chaleur produite par les moteurs, permettent à la station d'afficher un rendement record de consommation de combustible par personne en Antarctique.

La Centrale est donc le cœur de la base, produisant électricité, eau, chauffage et saumure.


Une opération importante a eu lieu ce jeudi 15 février à la Centrale électrique: les techniciens de l'IPEV ont procédé à un arrêté de la Centrale, permettant la maintenance électrique et le remplacement de certaines pièces.
Outre la vérification complète du matériel électrique, l'opération a permis le remplacement de certaines pièces ou ensembles: remplacement de vannes à la SPEM, du moteur de l'évacuation des fumées de la chaudière qui sert en complément du bouilleur en été pour la production d'eau, nouveau synoptique électrique sur l'armoire de commande du bouilleur, mise en service d'un nouvel onduleur 10 kVA, travaux de modification des réseaux 24 V cc des groupes électrogènes et d'alarmes techniques...
Les différents corps de métiers techniques étaient sur le pont, tandis que les utilisateurs ne se sont presque aperçu de rien, la bascule sur le groupe de secours le matin, puis sur les moteurs de la Centrale le soir n'ayant duré que quelques minutes.




Les élec (Jean-Gab, électrotechnicien été, et Bastien, électrotechnicien hivernant) 
aux petits soins sur les armoires des groupes et l’armoire du bouilleur


Nouveau synoptique de l’armoire du bouilleur


Christophe, le chef Centrale hivernant, sur l’un des CAT

Eloi (mécanicien, second Centrale hivernant) surveille le groupe de secours (Poyaud), 
qui a assuré la production électrique pendant la coupure


Adrien (mécanicien de précision hivernant, dit « Mépré ») et Patrice (plombier hivernant) 
ont installé un nouveau moteur pour l’extraction de fumées de la chaudière


Rémi, électrotechnicien IPEV été, opérant sur la chaudière