jeudi 2 janvier 2020

Bonne année 2020 !

Toute l'équipe de la TA 70 ainsi que les campagnards d'été vous souhaitent une très belle année 2020, et vous adressent leurs meilleurs voeux !


Carte de vœux envoyée aux autres stations antarctiques et sub-antarctiques - Photo : V. Depoisier  

Le blog de la Terre-Adélie reprend ses publications chaque semaine à partir de maintenant.
Retrouvez très prochainement nos articles sur l'arrivée de la nouvelle mission !

mardi 26 novembre 2019

Accueil des Basler

Octobre 2019. L'hivernage tire à sa fin.

Les travaux de transfert de charges sur la banquise (gazole et containers) préalables à la campagne d'été qui s'annonce viennent de se terminer entre les installations du Lion et celles de D0 à cap Prudhomme.  Les avions acheminant les campagnards d'été depuis Mario Zuchelli Station seront bientôt là. Il est temps de préparer la piste.

Direction D10, sur les hauts de Prudhomme. C'est là, quelque part sous la neige, que se trouve la piste qui accueillera les Basler (DC3) qui nous rejoindront dans une quinzaine de jours. A nous de la rendre praticable.

Une reconnaissance est faite le 17. Le pourtour de la zone de posé d'environ 1200 m de long  et 80 m de large, axée au 130, est identifiable par les piquets fixes en délimitant les coins et la bordure extérieure, encore visibles malgré les accumulations de neige datant de la période hivernale. Le petit shelter orange enfermant le matériel spécifique à l'installation est également bien repérable  à proximité du taxiway. Il reste à mettre la main sur le "groomer", pièce maîtresse des opérations à mener pour rendre la piste utilisable. L'extrémité de celui-ci émerge de la neige, non loin de là.

Sur zone à D10 - Le groomer est là... Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV
Il reste à le dégager. Le Kässbohrer va dégrossir le travail.

Kässbohrer au travail - Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV
Un peu d'huile de coude pour Charles et son équipe et le Challenger va pouvoir prendre le relais pour finir de sortir l'appareil de sa gangue de neige.

Les rois de la pelle... Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV

Le challenger prend le relais. Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV
Les travaux sur la piste vont maintenant commencer. Déneigement du plus gros des accumulations à l'aide du Kässbohrer puis brassage, égalisation et lissage de la surface avec le groomer.


Le travail prend forme - Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane -IPEV
Pendant que les engins sont au travail sur la surface, une autre partie de l'équipe s'occupe de la remise à niveau de la station météorologique locale qui permettra de renseigner l'avion sur les conditions d'environnement à D10 dans les heures qui vont précéder son arrivée. Le mât supportant les capteurs est assemblé au sol dans un premier temps.


Assemblage du mât météo - Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV
Puis il est redressé et haubané. Les essais de transmission de données avec la cellule météo de Dumont d'Urville vont pouvoir commencer.


Le mât météo est en place - Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane -IPEV
Et le groomage avance. L'aspect de la piste est désormais plus conforme à la configuration finale attendue.


Groomage fin. Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV

Un beau champ de neige. Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV
Au final, il aura fallu quatre groomages successifs à quelques jours d'intervalle pour obtenir cette belle surface unie. Avant l'arrivée du 1er avion, les derniers préparatifs ont été effectués: mise en place du balisage mobile, préparation de la crash box, démarrage des installations de cap Prudhomme...
Le premier Basler (cargo) arrive le 31 avec 2 tonnes de fret. Celui-ci sera acheminé en totalité à DDU.
Le 02 novembre, le 2ème avion se pose avec ses 18 passagers. L'hivernage est terminé. La campagne d'été 2019/2020 est lancée.


"VKB is landing" - Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV

Présentation sur le taxiway - Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane - IPEV


Les campagnards d'été sont là... Crédit photo: Mervyn Ravitchandirane -IPEV

vendredi 18 octobre 2019

Du lourd sur la banquise

Septembre. Le temps est globalement froid et peu venté avec des températures moyennes de l'ordre de -18°C, inférieures aux normales de saison. Plutôt ensoleillé aussi. Une exception en milieu de période néanmoins, avec une violente tempête et des vents à près de 200 km/h accompagnés et précédés d'abondantes chutes de neige. On est en Antarctique tout de même!

Concernant la banquise, la situation est stable depuis août avec une mer libre située à environ 500 km de Dumont d'Urville. Un fait notable, consécutif à l'épisode tempétueux cité plus haut est quand même à signaler: la polynie la plus proche, située à environ 70/80 km des Pétrels jusque là, s'est rapprochée et se trouve désormais à une vingtaine de kilomètres dans le Nord de la base. Bonne nouvelle pour le nourrissage des jeunes de notre colonie de manchots "Empereur", les parents n'auront pas à s'épuiser pour trouver un site adapté à la pêche sous-marine.

La glace de mer, favorisée par un froid bien installé, est de bonne qualité et d'une épaisseur homogène de l'ordre de 1,50 m. Cette situation est propice aux opérations logistiques qui s'annoncent.
En effet, le début de la campagne d'été se rapproche et il est temps de prendre les dispositions préalables à l'arrivée du premier avion Basler attendu le 1er novembre sur la piste D10 des hauts de cap Prudhomme. Celui-ci devrait déposer sur sa piste de neige et de glace un premier contingent de 18 campagnards d'été surmotivés venant se joindre à l'équipe d'hivernants en place, dans un isolement complet depuis 8 mois. Les raids terrestres vers l'intérieur du continent, scientifiques, ou logistiques au profit de la station Franco-Italienne de Concordia, vont en effet partir très vite et en tout cas avant que l'Astrolabe n'accoste au Lion (ou quelque part le long de la banquise) à l'occasion de sa première rotation 2019/2020 (R0).

Les raids terrestres sont consommateurs de gazole. De beaucoup de gazole. Concordia va également devoir être réapprovisionnée après les longs mois d'hivernage. Le combustible va donc constituer l'essentiel du fret à transférer entre les installations de stockage du Lion à DDU et celles de D0 à cap Prudhomme (PDH).

Le 18 septembre, un Kässbohrer (dameuse) est "déshiverné" de son lieu de stationnement à PDH et ramené sur base à travers la banquise. Il va permettre de réaliser la phase préparatoire aux transferts à venir: aménagement des accès à/sur la piste du Lion et aux points D0, D1 et D3 de Prudhomme ainsi que des axes de transit sur la banquise.

Le "Pisten Bully" (Kässbohrer) en route vers DDU - Crédit photo: Nicolas Braibant

A l'intérieur du "Kass" - Crédit photo: Virgil Decourteille
Dès que connu le dimensionnement des opérations logistiques souhaitées par l'IPEV, il apparait que l'importance du volume de gazole à acheminer d'un site à l'autre (environ 400 m3) ne permettra pas de les réaliser avec les seuls engins disponibles sur base. Il va être nécessaire d'avoir recours à du "lourd".

La circulation sur la glace de mer en Terre Adélie est cadrée par un arrêté de la Préfète des TAAF, Administratrice supérieure des terres australes et antarctiques française. Celui-ci stipule que le chef de district de TA est autorisé, lorsque l'état de la banquise s'y prête, à y faire circuler des véhicules de traction d'une charge maximale de 10 tonnes. La charge tractée quant à elle ne doit pas dépasser 20 tonnes et une élingue d'une longueur minimum de 10 m doit être mise en place entre elle et le véhicule tracteur pour éviter une trop forte concentration des poids.
Dans le cas présent, nous allons utiliser deux tracteurs "Challenger" de 15 tonnes appartenant au pool des véhicules de PDH affectés aux raids.
Un arrêté dérogatoire est donc demandé au siège des TAAF en ce sens. Il est publié rapidement.
Dès lors, les opérations peuvent démarrer.

Les Challengers 6 et 7 sont eux également "déshivernés" et rejoignent l'ile des Pétrels.

Arrivée des Challengers - Crédit photo: Alain Quivoron
Pas de camion citerne en Terre Adélie. Dans un premier temps, il va falloir trouver des contenants pour le gazole et, là encore, la solution se trouve dans le parc des convois du raid. Bien alignées sur une même file au bord de la piste de D3, non loin des caravanes et des engins divers en stationnement, 13 cuves de 12 m3 montées sur traineaux attendent sagement la campagne d'été. Après un déneigement conséquent à l'aide du Kass puis à l'huile de coude, elle sont descendues une à une jusqu'à la banquise via D1 puis D0. Le tout avec un luxe de précautions sur une pente parfois raide et glacée, de cette belle glace bleue que l'on voit beaucoup ici, préalablement recouverte d'une bonne couche de neige par le Pisten Bully. Un Challenger tire. Le Kass est positionné en frein à l'arrière avec une élingue pour retenir la cuve en cas de besoin. Une à une, ces dernières sont ensuite remorquées jusqu'au Lion où elles vont être placées au plus près des réserves fixes contenant le gazole livré par l'Astrolabe l'été précédent.

Arrivée d'une cuve vide près de la piste du Lion sur fond de manchotière - Crédit photo: Alain Quivoron
Pendant ce temps, le travail s'organise sur le site et le matériel nécessaire au pompage est disposé. Les volontaires ne manquent pas pour donner la main à l'occasion de cette activité nouvelle que beaucoup ont à coeur de découvrir. Un peu odorante peut-être... La base va vivre quelques jours avec cette odeur de gazole qui imprègne tout.

Préparation du matériel sur le site de pompage du Lion - Crédit photo: Alain Quivoron
Durant leur remplissage, les cuves sont sondées régulièrement pour s'assurer de ne pas dépasser le "juste" niveau au delà duquel elles risqueraient de déborder durant leur voyage retour vers PDH en raison des irrégularités de la piste et des mouvements des véhicules tracteurs, aussi précautionneux que puissent être leurs conducteurs. Les cuves pleines vont d'abord servir à saturer les réserves fixes du site de pompage/stockage de D0 puis y seront ramenées pleines à l'issue pour permettre la constitution d'une provision de carburant la plus importante possible dans la perspective des prochains raids.

Remplissage/sondage des cuves au Lion - Crédit photo: Alain Quivoron
Une fois remplies, les cuves sont redescendues sur la banquise et reprennent la route de PDH. Pour la descente du Lion vers la banquise et compte tenu du poids de la charge remorquée, le Kass est, là encore, positionné en frein jusqu'à ce que l'attelage ait rejoint la surface plane de la glace de mer.

Cuve pleine descendue du Lion - Ile des Pétrels et base en arrière plan - Crédit photo: Alain Quivoron
En route vers Prudhomme:

Challenger n°7 et cuve pleine - Crédit photo: Alain Quivoron
Transfert en cours - Prudhomme au fond - Vue prise de la station météo de DDU - Crédit photo: Alain Quivoron
Dans le Challenger n°7 - Crédit photo: Alain Quivoron
Non loin de Prudhomme - Crédit photo: Alain Quivoron
Largage de l'élingue du "frein Kass" après descente d'une cuve de 17 m3 - Crédit photo: Virgil Decourteille
Stationnement de la dernière cuve pleine sur le site de stockage/pompage de D0 à Prudhomme - Ile des Pétrels et DDU au fond - Crédit photo: Alain Quivoron
A l'issue de ces opérations logistiques sur la banquise, ce seront 385 m3 de gazole, deux contenants supplémentaires de 17 m3 et 3 containers qui auront été transférés de DDU vers PDH. C'est un bon début pour la campagne d'été qui s'annonce.