vendredi 8 juin 2018

Début des festivités de la Midwinter, J-9

A l’origine, ce mot très ancien d’origine saxonne, désigne le jour du solstice d’hiver, le 21 décembre. Par analogie, et en le transposant à l’hiver austral, le Midwinter’s day indique ici le 21 juin. Cette fête tire son origine de la British National Antarctic Expedition, commandée par Robert Falcon Scott, lors de son premier hivernage de l’année 1902. Pour égayer la monotonie du long hiver, l’un des officiers, le désormais célèbre Ernest Shackleton, eut l’idée de réaliser, distribuer et diffuser un journal mensuel sous le titre South Polar Times, relatant les menus événements du mois, et contenant toutes sortes d’histoires réelles ou imaginaires, des dessins et des jeux. Une petite fête fut organisée le 21 juin pour célébrer le passage à la deuxième moitié de l’hiver.
(merci à Samuel Blanc, ornitho-éco de la TA 56, pour ses infos et son accord pour les partager !)

La Midwinter (la « Mid ») marque donc symboliquement le milieu de l’hivernage. Elle est désormais célébrée dans toutes les bases antarctiques et subantarctiques, autour du jour le plus court de l’année.

Elle dure en fait plusieurs jours, et commencera ici par l’élection du « Onzta » (le « Dista » étant le chef de district de Terre Adélie), qui sera élu dimanche en 8 parmi les hivernants pour présider aux festivités de la semaine.
 

3 partis ont proposé leur candidat :
  • 50 nuances de bonnets, avec le slogan « Make DDU sexy again »
  • les Madeleines, défenseurs de la « bonne bouffe », avec la devise « manger plus pour grossir plus » (la maîtrise de la courbe de poids est une résolution indispensable, mais difficile…)
  • VSCRAVAG (prononcer « VSC ravagés » pour « Vision Sociale et Citoyenne pour la Réhabilitation des Animaux Vulnérables en Antarctique Gauloise ») qui promettent « un problème de plus en moins » (le VSC, volontariat au service civique, est le statut sous lequel travaillent près de la moitié des hivernants, techniques et scientifiques)

Les affiches de propagande ont commencé à apparaître dans les endroits plus ou moins attendus, la corruption s’organise…

Les promesses électorales sont vastes. Citons :
- L’installation d’une cloche thermo-régulée au dessus de la manchotière pour l’incubation des œufs d’Empereurs en échec et promouvoir ainsi l’égalité des chances
- La prise en charge intégrale des soins liés aux maladies cardio-vasculaires
- La gratuité des câlins pour profiter de l’augmentation de la surface de caresse
- Des repas assaisonnés en gingembre, noix de muscade, chocolat et autres épices
- L’augmentation de la bande passante grâce à l’embauche d’un VSC Astronaute et l’envoi d’un satellite dans l’open space
- ...


Les idées foisonnent pour cette semaine de relatif break, qui s'annonce ludique et éclectique.

lundi 4 juin 2018

Cinéberg

La séance de film du dimanche soir était hier d’un genre particulier. 
Delphine et Ewan ont en effet organisé la projection d’un film en 16 mm, et pas n’importe lequel : « le mécano de la General », de Buster Keaton et Clyde Bruckman, avec Buster Keaton et Marion Mack.
 




Ce film de 1926 est bien sûr muet, mais avec une bande musicale. Et la salle de séjour résonnait des éclats de rire des spectateurs. 


La durée du film, nous dit « Wiki », est de… 2287 mètres... soit 97 minutes. Entracte pour le changement de bande, pop-corn, tickets, ouvreuse, projectionniste… tout y était !

Crédits photos: Corentin BURBAN, Delphine MENARD
Un grand merci à nos deux organisateurs, et au service Communication de l’IPEV pour les envois de bandes et la mise à disposition du matériel.

lundi 28 mai 2018

Un dimanche à DDU

Dimanche dernier, les techniciens du Siporex et de la Centrale ont invité en fin de matinée l’ensemble des hivernants à l’inauguration du tunnel creusé dans la congère formée entre leurs deux lieux de travail.

Le Siporex (du nom du matériau utilisé pour sa construction) rassemble les ateliers du mépré (mécanicien de précision, Adrien), du plombier (Patrice), du soudeur (Quentin P) et de l’électricien (Bastien). Une plateforme le sépare de la Centrale.

Ce tunnel restore une sortie de secours pour les deux bâtiments.

La construction, au fil des tempêtes et de l’accumulation de neige :

Crédits photos: Adrien PANIEL et Quentin PERRET
Une cloche en plexiglas, façon fenêtre de glace ou de peau des Inuit, éclaire le tunnel (et le bureau de la Centrale !) en journée :
Crédit photo: Adrien PANIEL
Crédit photo: Christophe FROEHLINGER
Crédit photo: Nathalie JAMOT
Crédit photo: Adrien PANIEL

La sortie de secours, au pignon Ouest de la Centrale :
Crédit photo: Adrien PANIEL
Crédit photo: Adrien PANIEL
Crédit photo: Nathalie JAMOT


L’inauguration, avec un cheminement depuis le Sipo pour un verre…
Crédit photo: Christophe FROEHLINGER
Crédit photo: Nathalie JAMOT
Crédit photo: Christophe FROEHLINGER
… à la Centrale pour les petits fours…
Crédits photos: Nathalie JAMOT
... jusqu'à la sortie:
Crédit photo: Christophe FROEHLINGER

L’après-midi, la moitié des hivernants a essayé de dépenser une partie des calories de l’habituel plantureux repas du dimanche midi à l’occasion d’un tournoi de ping-pong.
La finale a opposé le chef Centrale et son adjoint. C’est Eloi qui a finalement remporté le titre de meilleur pongiste de la base.
Crédit photo: Adrien PANIEL